Placebo n°5

Publié le par Vero

Quand on s’appelle Placebo, et que le 5e album pointe son nez, il est normal de vouloir créer l’événement. Ils ont alors décidé de faire quelques dates annonçant leur prochaine tournée et la venue du 5e opus ; et c’est tout naturellement que, pour cette première date, ils ont choisi Lyon, ville chère à leur cœur.

Les places furent mises en vente le mercredi précédant le concert (qui avait lieu un samedi), dans seulement 2 points de vente. Les fans s’y sont pressés tôt le matin, et très vite le Transbordeur fut rempli. A raison d’une seule place par personne, on évite le marché noir… mais les places se sont revendues jusqu'à 150 € sur ebay (site d’enchères en ligne) les jours suivants.

Le samedi 4 mars, début du concert. Une salle pleine, des fans impatients. Brian Molko nous dévoile son nouveau look, un gothique sage, cheveux courts et timidement relevés en crête.

Chaque membre du groupe est content d’être là, et ça se sent. Une énergie assez inhabituelle se dégage de la scène… jusqu’au moment où, aveuglé par un flash, Brian Molko arrête de jouer pour faire confisquer à ce téméraire son objectif. Les consignes sont strictes et on les accepte. Le "pirate" de ce concert pourrait être très lucratif pour son auteur. Le concert continue de manière très lisse et propre, pas d’impro ou de coups de folie ; chez Placebo, tout est pensé, minuté.

Après avoir joué tous les morceaux du nouvel album, et seulement 2 morceaux de leur précédent, dont l’excellent 36 degrees et le plus commercial Bitter end, Placebo quitte la scène. Une heure et quelques minutes de concert... à la fois content d’avoir fait partie du public de privilégiés, et déçu par une performance si courte… le public sort du Transbordeur à 22  h !

 Performance assez décevante par sa durée, mais remarquable pour son énergie.

 Rockement vôtre,

Rockement vôtre,

vero

Publié dans Musique

Commenter cet article