Anais, une jeune femme qui s'énerve pour la bonne cause

Publié le par Vero

Encore une chanteuse française qui parle de ses histoires d’amour, qui finissent mal en général, comme le chantaient les Rita Mitsouko. La liste de ces jeunes femmes est bien longue : il y a les aigries comme Camille (grande gagnante des victoires de la musique 2006), les fatalistes comme Pauline Croze et il y a une guerrière : Anaïs ! Oui, elle s’est fait avoir en amour. Elle s’est fait tromper, par des cons qui préfèrent les infirmières. Elle ne supporte pas la mièvrerie des amoureux et le crie haut et fort. On décèle une certaine amertume, qu’elle tourne en dérision. Anaïs est finalement une jeune femme forte, qui a juste besoin d’exprimer son ras-le-bol, et c’est en public qu’elle y arrive le mieux !

 

 

Une jeune femme blonde (personne n’est parfait) arrive sur scène vêtue d’un tee-shirt « I love Britney » ; le ton est lancé. On n’est pas là pour se prendre au sérieux. A la grande question : « Peut-on rire de tout? », Anaïs répondrait certainement oui, à commencer par soi-même.

 

 

Ce porte-flambeau d’un potentiel mouvement de célibataires endurcis arrive seule sur scène, son orchestre étant composé d’elle-même, sa guitare et son sampleur. Elle entonne les chansons de son album, qu’elle agrémente d’interludes loufoques : elle imite le bruit de la mer, la jungle, imite à merveille ses consoeurs Camille et Carla Bruni ou encore mange du miel pour épargner sa voix. Elle fait son clown, ce qui la rend touchante. Derrière cette carapace, on se doute qu’Anaïs est une jeune femme comme les autres, qui aimerait bien se poser et réussir sa petite vie de couple… mais Christina, son ennemie jurée, en a décidé autrement !

 

 

C’est un spectacle inhabituel que propose Anaïs, enthousiasmant, joyeux, parfois presque burlesque. Elle joue avec le public et le fait entièrement participer au spectacle. Son énergie est non seulement communicative, mais aussi grisante. Elle est la preuve que les blondes non plus ne comptent pas pour des prunes !

 

 

Une tournée de petites salles avant d’attaquer les plus grosses, comme la Cigale à Paris en mai, cet été au Festival Musilac ou aux Francofolies de La Rochelle. Les places se vendent comme des petits pains et rares sont les dates qui ne sont pas complètes, témoin de son succès (résultat aussi d’une grande diffusion hertzienne !).

 

 

Un concert d’Anaïs, c’est du bonheur à l’état pur.

 

 

Le site officiel: http://anaisinyourface.free.fr/home.html

 

 

Publié dans Musique

Commenter cet article