Lenny and the kids

Publié le par Absolutvero

Lenny, divorcé, et papa de 2 garçons, a du mal à conjuguer sa vie d'homme, son rôle de père et son travail... « Go get some Rosemary » propose de suivre 2 semaines dans la vie de ce père alors qu'il a la garde des ses 2 enfants...

 

Portrait d'un père irresponsable

 

Les frères Safdie ont décidé de nous entraîner dans le quotidien d'un père qui malgré le fait qu'il ait peu de temps la garde de ses 2 garçons, essaient de conjuguer sa vie professionnelle de projectionniste pour laquelle il a des horaires élastiques, sa vie amoureuse tumultueuse et peu équilibrée, sa relation difficile avec son ex-femme, sa vie de célibataire endurci rempli de potes parasites, et enfin sa vie de père qu'il tente d'accomplir pendant les rares moments où il a la garde de ses 2 enfants.

 

Malgré les efforts faits et le temps qu'il leur consacrent, Lenny apparaît comme un « mauvais père », comme un adulte irresponsable qui tente d'être plus le copain qu'un père pour ces enfants qui manquent cruellement de repères, au vue de leur comportement social notamment à l'école. 

Quand on sait que les frères Safdie ont voulu ici faire le portrait de leur propre père, on comprend plus pourquoi avoir voulu aborder un sujet aussi intense, tout en le faisant  avec une absence de jugement du comportement de Lenny par les réalisateurs.

 

Malheureux, désinvolte, adulescent et foncièrement paumé, Lenny traîne ses enfants dans les rues de New-York, comme il traîne son ombre de punk des années 80. 

 

Le spectateur reste dubitatif et sans avis face à l'histoire de ce père volontaire et maladroit... 

 


Critique ciné écrite pour www.abusdecine.com 

 

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article