La ballade de Jack & Rose

Publié le par Vero

De Rebecca Miller

Avec Daniel Day-Lewis, Catherine Keener, Camilla Belle

 Jack vit avec sa fille, Rose, sur une île où il était venu s’installer 20 ans auparavant pour fonder une communauté hippie. Il reste maintenant le seul habitant sur cette île que les promoteurs immobiliers voient comme une mine d’or.

 Relation fusionnelle malsaine

 Après la mort de sa femme, Jack doit alors élever sa fille seul. Il l’élève dans l’esprit de la communauté dans laquelle il s’épanouissait. Une vie loin de la civilisation, loin des dangers, loin de tout, où seule la nature prédomine. En la surprotégeant, Jack rend sa fille incapable de communiquer, complètement sauvage. L’ascension de son agressivité, témoin de son ignorance et de son manque de sociabilité, se fait au fil des minutes.

 

 Une intrusion va perturber ce petit "couple" : l’arrivée d’une femme et de ses deux fils, qui ont le même âge que Rose. Jack entretenait cette relation avec cette femme sur le continent, à l’abri des regards de sa fille. Sa maladie prenant de plus en plus d’importance, il invite les trois protagonistes sur son île. Bien que mécontente de la situation, la curiosité de Rose l’emportera ; elle voit en ces jeunes hommes une opportunité de se dévergonder, et un moyen de réveiller l’instinct de protection de son père afin de chasser ces envahisseurs.

C’est le tableau malsain d’une relation père-fille fusionnelle. Un père déconnecté du monde, encore bercé de rêves soixante-huitard, refusant le progrès. Une fille en dehors des réalités, d’une naïveté troublante et au comportement animal. Une histoire dont on ressort dérouté…

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article