31e Festival de Deauville 2005

Publié le par Vero

Après le Festival de Cannes, voici le Festival du film américain de Deauville, sa Normandie, ses Américains et ses stars absentes ! Cette année, pas de grandes pointures, à part Pierce Brosnan, Val Kilmer, Robert Downey Jr et... on a du mal à pouvoir faire une liste exhaustive des stars absentes. Néanmoins, on peut tout de même apprécier le calme de ce festival ; très loin de Cannes du point de vue de la fréquentation, du nombre de films projetés, etc. Le stress ne peut nous atteindre dans cette petite bourgade calme, désertée par ses vacanciers, tous rentrés à la capitale. Malgré les deux premiers jours de festival que j'ai malheureusement ratés, le rythme est pris, 3 à 4 films par jour, critiques en rentrant à l'appart et cidre, calvados et poiré à volonté au stand Big Apple Bar ! Vous saurez dans quelques jours mes impressions sur les films de la compétition, les hors compétition, et mon palmarès.

Je tiens à vous faire part de cet article parru dans Libé, écrit par Philippe Azoury; l'article se suffit à lui-même :

"Un message préenregistré tente de dissuader quiconque de lâcher son chien sur le sable, mais pas le moindre labrador à l’horizon. Quelques pulls noués autour des épaules ont été recensés, mais près des cours de tennis. Il y a bien l’entrée du CID réservée aux invités du Medef, une porte dérobée sur le flanc gauche de l’édifice, mais inutile d’y faire le pied de grue dans l’espoir de ramener à ses gosses un autographe (…) : personne ne l’emprunte. Deauville attend son dernier week end pour s’animer. Il y aura de quoi, avec la venue de la poterie humaine Abel Ferrara en pleine mystique (qui n'est pas venu car récompensé à Venise) et du curiste Tim Burton, venu présenter les Noces Funèbres, dont l’affiche rappelle la magnificence gothique de l’étrange Noël de Monsieur Jack (qui est loin de pouvoir rivaliser avec celui-ci).
En attendant l’ambiance est celle d’un plateau de tournage cinq minutes avant l’arrivée des figurants. Le décor est planté. Il est bien le seul."

Publié dans Cinéma

Commenter cet article