UN JOUR PEUT ETRE

Publié le par Vero

 

Apres une journée mouvementée à l’école, où une maîtresse s’est aventuré à faire un cours d’éducation sexuelle à des enfants de 11 ans, Maya (Abigail Breslin) retrouve son père, et a un millier de questions a lui poser sur la vie. Ce qui l’intéresse vraiment, c’est comment son père a rencontré sa mère. Afin de jouer le jeu, William Hayes (Ryan Reynolds) va raconté à sa fille qu’elles ont été comment il a rencontré 3 femmes qui ont beaucoup compté pour lui, et parmi elles, se trouvent l’histoire de la rencontre avec sa mère…

  

Il serait intéressant de savoir si le concept de ce film a été directement inspire de la génialissime série “How I met your mother” (Comment j’ai rencontré ta mère), où un père raconte toute sa jeunesse de A à Z à ses enfants, ou bien si cela est uniquement le fruit du hasard.

 

Dans « un jour peut-être », William tente de raconter un bout de sa vie, sur lequel sa fille lui demande de revenir. Quand on sait comme il est difficile de revenir sur ces anciennes histoires d’amour, le faire à la demande de son enfant est encore plus délicat, surtout pour ne pas altérer l’image idéaliste qu’il a de ses parents. Mais c’est avec beaucoup d’amour et de simplicité qu’il raconte son histoire, sans rien cacher de la vérité (et il aurait peut être dû, notamment par rapport à l’expérience « homosexuelle » de sa mère).

 

D’ailleurs le duo père fille, entre Ryan Reynolds et Abigail Breslin fonctionne plutôt bien. Abigail, vu précédement dans Little miss sunshine, prouve une nouvelle fois ses talents d’actrices, et sa maturité pour une jeune fille de 12 ans. Elocution parfait, scène parfois surjoué de part un manque d’expérience, mais elle n’en demeure pas moins touchante. Quant à lui, plus coutumier des plateaux télé que des sets de cinéma, est plutôt touchant dans ce rôle de père, malgré ses maladresses.

On peut également noter la belle performance de la belle Isla Fisher, dont la beauté naturelle illumine ce film.

 

« Un jour peut être » est une belle histoire de famille, avec une pointe de romantisme. Rien de plus, rien de moins.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article