Amours aveugles

Publié le par Vero

On dit souvent que l'amour rend aveugle. Dans ce premier film, Juraj Lehotsky s'est intéressé à un sujet peu abordé, celui des aveugles ou mal voyants et leur quotidien amoureux. Au travers des histoires de 4 personnages (Peter, Miro, Elena et Zuzana), il nous entraine successivement dans des quotidiens bien différents et pourtant caractérisés par les mêmes habitudes...

Le réalisateur a eu l'idée de ce film en rencontrant une jeune femme aveugle, à qui il avait demandé quelle était sa couleur préférée. Question somme toute incongrue, mais la jeune femme lui avait répondu que c'était le orange. Parce que c'est un fruit qui est sucré, doux, et donc que pour toutes ces raisons, la couleur du fruit serait certainement sa couleur préférée. Bouleversé par cette rencontre, il a décidé d'enfanter du magnifique « Amours aveugles ».

C'est avec une grande habileté et simplicité que Juraj Lehotsky nous fait entrer dans les vies de ces 4 personnages. Pas de voyeurisme ou de curiosité mal placée, « Amours aveugles » est un film qui fait découvrir le monde peu connu de personnes plongées dans le noir. Que ce soit depuis leur naissance ou que cela leur soit arrivé plus tard, ils ont tous apprivoisé leur handicap et vivent des vies sommes toutes « traditionnelle » : mariage, travail, enfant, chat' (Internet), tricot... mais à leur manière, en touchant, en sentant, en écoutant. Dans un sens, leur vision du monde et des personnes qui les entourent sont beaucoup plus pures que la nôtre, pourrie par la loi de l'esthétique et une superficialité omniprésente.

Parmi les personnages, on peut retrouver Peter, professeur de piano et de chant pour enfants aveugles, qui vit dans un petit appartement avec sa femme, qui aime à lui tricoter un pull ; Miro, un homme qui souffre du regard des parents de son amie, malvoyante, mais ce qui ne se prive pas d'aller en discothèque avec elle, ou de partir en week-end romantique et de se baigner dans un lac ; Elena, enceinte, qui apprend les gestes pour bien s'occuper de son futur enfant par le biais d'une poupée ; et enfin, Zuzana, une adolescente de 14 ans qui est à la recherche de ses premières sensations amoureuses et choisit Internet comme moyen de rencontre et de dialogue, effaçant ainsi les éventuelles retenues ou tabous que pourrait engendrer son handicap.

Pour nous, « voyants », « Amours aveugles » est une vraie leçon de vie, sans en avoir la prétention. Rien n'est fait pour que l'on s'apitoie sur le sort des 4 protagonistes, mais les voir évoluer fait appel en nous à une certaine tendresse, notamment quand Elena et son conjoint décorent un arbre de Noël, et s'interrogent sur le fait que les guirlandes soient allumées ou non. Une belle réussite pour ce film slovaque, dont le réalisateur fait preuve d'une grande finesse.

Sortie le 11 février 2009

Publié dans Cinéma

Commenter cet article