La Grande Sophie : la grande brune à la guitare

Publié le par Vero

La Grande Sophie d’1,78 m en est déjà a son 3e album, et elle n’a pas attendu son titre de "Révélation scène" aux Victoires de la musique pour défendre ses chansons. Et oui, elle fait partie de cette scène française de jeunes femmes qui parlent de leur amour. Catégorie bien réductrice, parce que la Grande Sophie chante la vie, elle ! La Grande Sophie est une jeune femme douce, mais dynamique, qui va de l’avant. "Shit happens" comme diraient nos confrères américains, mais elle a pris le parti de se relever encore plus forte de toutes ses expériences. L’image d’une femme forte manquait cruellement à ce paysage de jeunes femmes fragiles.

 

 

 Si elle ne sort pas avec Martin, elle se tournera vers Benjamin ( !), elle trouve que le mariage est une belle chose, elle parle de son ennemi juré : sa première ride, il lui faut trouver du courage, du courage, du courage… pour affronter tout ça. On ne doute pas une seconde qu’elle en trouve, et le puise dans ces expériences, son entourage et son public. Cette autodidacte écrit et compose seule, puis se tourne alors vers son arrangeur, qui retranscrit son univers pop et coloré.

 

 

 

 

Bien sûr, son spectacle recèle de petites surprises qui l’amusent beaucoup : une reprise de Marilyn Monroe "My heart belongs to Daddy" (ce qui nous change d’énième reprise de "Enjoy the silence" de Depeche Mode, vu chez Pauline Croze), un changement de tenue sur scène qui développe encore plus sa ligne filiforme. Bref, cette jeune femme de 36 ans est pleine d’humour. Elle veut offrir à son public un divertissement et y excelle.

 

 

 

 

Ce que l’on retient surtout, c’est cette énergie et la simplicité avec laquelle elle joue pour et avec son public, dont elle souhaite très clairement rester proche.

 

 

 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

planetarnaud 08/02/2006 15:19

Et tu as vu Valery Zeitoun dans la foule?

Vero 09/02/2006 12:35

desolee nono, je l'ai pas vu!